Économiser gros sur les vols en famille: on aime ça!

Vous allez me trouver intense: je profite de mes vacances d’été pour planifier les vacances d’hiver. Ben oui. Je n’aime pas l’hiver. En fait, je le trouve trop long. Et j’ai un système immunitaire pas super qui fait que j’attrape à peu près tous les virus non-stop pendant cette neigeuse et «frette» saison…

L’époque des aubaines de dernière minute de ma vingtaine est un peu révolue: aujourd’hui, plus on magasine les billets d’avion tôt, plus on risque de sauver gros.

J’ai donc profité de mes vacances d’été pour magasiner, cocktail à la main, le prolongement de cet état de bien-être fait de chaleur et de soleil en le projetant au coeur de l’hiver à venir…
Pour être claire: j’ai cherché des bons deals pour partir dans le Sud en mars prochain.

Et récemment, mon chum m’a partagé l’une de ses découvertes, un outil parfait pour faire ça: l’application Hopper.

Née à Montréal, Hopper est plus qu’un simple moyen de chercher et réserver des vols en ligne. En fait, Hopper se base sur du bigdata : les historiques du prix des vols dans le passé, pour prédire, avec une précision impressionnante, la fluctuation du coût des vols à travers le temps. Ainsi, si vous entrez votre destination rêvée et vos dates, Hopper se fera un plaisir de vous dire le prix actuel des billets les moins chers, MAIS AUSSI si vous devriez ACHETER MAINTENANT ou plutôt ATTENDRE, car une baisse des prix est à prévoir.

L’application vous donne même une idée du montant que vous pourriez économiser si vous attendez, d’avant quelle date une baisse de prix est à prévoir et d’à partir de quelle date les prix commenceront à augmenter.

WOW.

Alors, j’ai utilisé l’application pour planifier notre fuite familiale à venir. Comme nous avons une opportunité pour séjourner une semaine gratuitement chez une famille à Cancun au Mexique (je vous reparlerai de cela bientôt, ça pourrait aussi vous arriver!),  j’ai entré cette destination. L’application m’a alors affiché le prix courant, un peu plus de 625$, et m’a gentiment conseillé d’attendre parce que des baisses de prix étaient à prévoir. J’ai donc sélectionné le symbole des jumelles, «WATCH», et Hopper s’est mis à surveiller les prix pour moi.

Deux semaines plus tard, je recevais une notification de Hopper disant que les prix avaient considérablement baissés et que je devrais acheter mes billets maintenant: on n’avait pas vu une telle baisse de prix depuis longtemps.

Bon ici, je dois avouer que je n’ai pas réservé mes billets avec Hopper – shame on me! – parce que les itinéraires de vols offerts à ce prix via leur app ne me convenaient pas. J’ai appris depuis qu’ils ont aussi des conseillers en voyage en chair et en os avec qui on peut communiquer pour réserver un voyage. Mais bon. J’ai plutôt fouiné sur d’autres sites que j’utilise également pour trouver mon itinéraire parfait, et comme je savais quels étaient les meilleurs tarifs (merci encore Hopper), j’ai su plus facilement retracer les bonnes affaires. J’ai trouvé l’itinéraire parfait à une trentaine de dollars de plus que le tarif de Hopper.

Mais qui dit vol pas cher dit aussi escales… Et plus elles sont longues ou nombreuses, plus on économise.

Mon choix d’itinéraire de vol m’a été inspiré par le succulent article du Bob trotteur:

Comment voyager gratuitement ou presque ?

Bob y renverse les perspectives, en suggérant de voir les longues escales non pas comme un obstacle (car ça peut en être un, surtout pour les familles qui doivent gérer leurs p’tits pendant des heures dans un aéroport!!), mais plutôt comme un moyen de visiter «gratuitement» une deuxième destination – sans avoir à payer les frais aériens qu’on aurait normalement défrayés pour la visiter.

Ainsi, à l’allée, nous avons une escale de 3h à Philadelphie. 3 heures, ça passe: on pourra se dégourdir les jambes et manger une collation. La longue escale qui nous permet d’avoir un aussi bon prix sera au retour: une escale de 20 heures à New-York. Nous y arriverons en fin d’avant- midi et en repartirons le lendemain matin. Depuis le temps que mes enfants rêvent de visiter la grosse pomme! On ne voit bien sûr pas tout New-York en une journée! Mais ce sera bien assez pour aller voir la statue de la liberté (fantasme de mon cher Théo) et passer un bon moment à déambuler dans la ville en famille.

Bref, si vous voulez économiser:
– Magasinez tôt;
– Choisissez vos escales pour vous faire plaisir dans la durée;
– Et demander de l’aide à Hopper pour savoir quand acheter!

 

PS: Le sublime montage photo «L’été en hiver» que j’ai gossé ce matin n’aurait pu exister sans l’image d’hiver du domaine publique (sous license CC0) suivante dont je devais divulguer le lien: http://maxpixel.freegreatpicture.com/Landscape-Frozen-Snow-Ice-Lake-Tree-Winter-727786
Voilà c’est fait! Maintenant, rêvez vacances!

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *