L’Alberta pour passionnés de dinosaures

COLLABORATION de Anouk et Mia
Comme plusieurs enfants typiques ou atypiques, mon fils a une affection particulière pour les dinosaures. Il partage cette passion avec mon amie Anouk (et sa fille Mia!). Je cède la place à cette maman voyageuse et nouvelle collaboratrice de Famille trotteuse pour qu’elle vous raconte son escapade en Alberta sur les traces de ces impressionnantes créatures! 

Les Badlands, Alberta

Jeune, je suis déjà allée en Alberta, mais je ne me souviens pas de grand-chose. Je me souviens qu’il y a eu des dinosaures en Alberta, mais quand j’y suis passé à l’époque, on a fait ça en coup de vent et il pleuvait. Nous étions deux familles voyageant ensemble et en tant qu’adolescente, je ne pense pas que cela m’ait beaucoup impressionné. C’était la virée dans l’ouest de mes parents.

Je n’aurais pas pensé y retourner, mais ma sœur, qui est la marraine de ma fille, y habite depuis quelques années. Nous sommes donc allées lui dire coucou !
Nous avons donc pris l’avion, pour une petite escapade de 5 jours en Alberta.

Le Parc national des Dinosaures

Badlands, Parc national des dinosaures, Alberta

Pour une passionnée d’évolution telle que moi, c’est un moment mémorable. Il y a un tout petit musée à l’accueil du parc. De cet endroit partent des navettes vers le cœur des Badlands. En Alberta, tout semble plat, mais les rivières qui ont traversé cette région se sont enfoncées tranquillement, en créant de l’érosion sur les berges. Les Badlands sont un peu le résultat de ce phénomène. On voit plein de grandes coulées solides. Les Badlands sont beaucoup plus impressionnantes ici que plus au nord, à Drumheller. Quand on a peu de temps devant soi, le Parc provincial des Dinosaures est le plus intéressant et le plus complet.

Il est important de réserver longtemps à l’avance si l’on veut camper directement au parc. On peut même camper dans une tente prémontée et toute équipée. Nous n’avons pas réussi à réserver notre place, mais je vous le recommande fortement.

Mia tient un os de dino, au Parc National des dinosaures, Alberta

Nous avons participé à deux expéditions. Ces activités, bien que payantes, nous ont permis de fouler le sol même où les recherches en paléontologies se sont faites par le passé. Fifille, qui a de bien meilleurs yeux que moi, a réussi à identifier des morceaux de carapace de tortue dinosaure, des dents, des griffes, des vertèbres, des os longs… on voyait même des bouts de gros squelettes dépasser sur le sol. On marchait littéralement dans des fossiles et des vestiges de toutes sortes d’époques de l’évolution de la vie sur Terre! On a parlé (je crois) de remonter le temps d’au moins 70 millions d’années… Au même endroit, il y a 4500 ans, les autochtones vivaient dans des tipis sur le haut des collines en croyant que ces os étaient les restes des grands-parents des bisons.  Nous pouvons toucher et prendre n’importe quel roche ou os, à condition de les remettre en place avant de partir. Voler une roche, ça peut coûter… 50 000 $. Oups !

Il y a plusieurs choix de difficulté pour les expéditions guidées. Nous avons choisi les parcours les plus faciles. Si nous avions eu la chance de pouvoir dormir là, nous aurions aussi pris la promenade en bus pour voir le coucher du soleil – ce qui m’aurait permis de faire des photos exceptionnelles.

Dans les Badlands il y a peu de marcheurs. C’est agréable et paisible. Il y a  des coyotes, des serpents à sonnette, des scorpions, des chevreuils, des cougars et plein d’autres animaux. Il y a aussi des cactus partout et de la sauge… la plante des Amérindiens.

Pour hébergement, hormis le camping sur place, il faut compter une trentaine de minutes pour rejoindre un endroit où passer la nuit. Et tout est souvent complet. Réservez à l’avance idéalement! Pour notre part, nous avons dormi à Rosebud, en haut d’un café nommé Thorny Rose Cafe. C’est loin, mais si vous décidez de visiter le musée paléontologique de Drumheller, c’est mon coup de cœur. Il y a une grande chambre en haut du café, avec une cuisine tout équipée. Le paysage est fantastique et juste à côté, si vous planifiez bien, vous pourrez assister à une pièce de théâtre.

La ville de Rosebud est réputée être un endroit de théâtre et ça, il faut s’y rendre pour le savoir, car les moteurs de recherche internet ne nous en parlent pas. Dans ce village, il y a quelques chats, plusieurs boutiques de cadeaux. On dirait qu’il n’y a qu’une route et elle est belle. Une gentille dame tient un kiosque de délicieuses crèmes glacées. Les repas au café sont vraiment très bons et le personnel nous comprend quand on parle mal en anglais ! Tout le monde a l’air content à Rosebud.

Un musée pour en savoir plus sur les dinosaures: Le Royal Tyrell Museum

Le Royal Tyrell Museum situé à Drumheller est un super beau musée paléontologique qui mérite d’être visité. Comme il est très populaire, il faut arriver le plus tôt possible. Nous étions là dès l’ouverture et à 16h00, il y avait encore une longue file d’attente. L’intérieur est aménagé avec des reconstitutions de scènes du temps des dinosaures… avec des squelettes bien entendu. Le musée offre plusieurs ateliers pour la famille et des ateliers exclusivement pour enfants. Parfois, il y a des guides qui parlent français, mais lorsqu’ils ne sont pas disponibles, un parent peut participer gratuitement à l’atelier pour enfant, à titre d’interprète. Mia n’a pas eu besoin que je l’accompagne et le personnel sur place est d’une extrême gentillesse et d’un dynamisme peu commun.

Je dirais qu’en ce qui concerne la visite extérieure, les Badlands à cet endroit sont beaucoup moins impressionnantes que ce que nous avons vu au Parc national plus tôt dans le voyage, mais il paraît que plusieurs Star Trek ont été tournés à Drumheller.  J’ai reconnu quelques décors de planètes arides et hostiles.

Le moment préféré de Mia fut son activité d’excavation d’os avec d’autres enfants. Elle a reçu une très belle casquette en cadeau.

Pour ma part, comme le musée se trouve à 2 heures de route du parc national des dinosaures, je dirais que j’ai préféré le parc, où je retournerais n’importe quand! Chacun son truc. C’est certain, le musée est impressionnant et très bien aménagé. À vous de voir selon vos goûts et le temps dont vous disposez !

Admirer les rocheuses hors Banff: Parc national des lacs de Waterton

Parc national de Waterton, Alberta

Pour les amoureux de la nature, visiter les rocheuses, du moins regarder quelques montagnes, c’est une belle activité. En Alberta, il y a beaucoup d’animaux sauvages qui se promènent en montagne, et même ailleurs. Pour faire changement de Banff, où tout le monde va, il y a le Parc national de Waterton qui est tout à fait magnifique. Lors de notre visite en juin, la plupart des promenades étaient fermées à cause des dommages causés pas les feux de forêt de l’an passé. Mais ce n’est pas une raison pour ne pas avoir du plaisir ! Notre visite nous a permis d’observer quantité de fleurs sauvages dans les champs devant les Rocheuses. Tout pour redonner de la bonne humeur! Et moi qui aime la photo, je me sentais bien occupée à savoir laquelle des fleurs, entre ma fille et la marguerite, méritait le plus que j’en fasse le portrait.

Il ne faut pas avoir peur de s’arrêter le long de la route menant au village non loin. Garer la voiture et sortir dans les champs, c’est magique.

À Waterton, il n’y a pas beaucoup de monde. Sur les photos, on est capable de ne voir que ce que l’on veut, sans parasite de touristes qui entrent dans le cadre… Moi qui adore jouer de ma caméra, j’ai pour la première fois de ma vie une face de buck qui me regarde, comme dans Bambi! Et Mia a été assez patiente pour faire son premier portrait de chien de prairie. Il est très réussi. Ah oui… il y avait aussi des pies. La vue de l’hôtel Prince of Wales est magnifique. On y a encore vu des chevreuils.

Chien de prairie, photo de Mia

En bonus: une dernière activité que ma fille a aimée

En allant en Alberta, nous n’avions pas vraiment prévu d’arrêt à Calgary, puisque nous avions peu de temps devant nous. Nous avons tout de même pris la décision de visiter un musée de science, Telus Spark. À dire vrai, il faut avoir un cœur d’enfant quand on entre dans ce musée. Toutes les choses qui sont banales pour nous, adultes, y deviennent extraordinaires, ce qui je crois convient davantage aux enfants qu’aux adolescents. On peut y jouer avec toute sorte de matières différentes. La section sur l’eau est très intéressante pour les très jeunes enfants. Il y a aussi des projections de films sur des sujets variés. Nous avons vraiment passé beaucoup de temps dans les galeries thématiques sur le son ou l’audiovisuel. Nous avons beaucoup rit en filmant nos émotions, nos mouvements, nos grimaces… Je dirais que faire le tour du musée et interagir nous a occupées pendant quatre heures.

Ce n’était pas mon endroit préféré. Mais ma grande a vraiment beaucoup aimé tout le temps que nous avons passé ensemble à rigoler en nous regardant sur un écran et en mimant toute sorte de choses: nous voyons une araignée, nous sommes en amour, nous sommes en colère, nous sommes désolées, ça sent mauvais… Bref, pour cette opportunité d’être ensemble et d’apprendre à mieux nous connaître, je peux dire que Telus Spark, c’était bien.


Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *