Couchsurfing: voyager un peu, en restant à la maison

Nous sommes des adeptes de l’économie de partage. Le troc de maison, c’est une de nos façons de voyager. L’hébergement gratuit ou locatif de personne à personne, le partage de repas, l’échange de services, l’autopartage, ça fait partie de notre vie familiale. Ça fait partie de notre façon d’envisager l’avenir, aussi. L’importance du partage. C’est pour cela que dernièrement, nous sommes devenus actifs sur Couchsurfing.

Couchsurfing est une communauté qui permet de voyager en trouvant à s’héberger gratuitement grâce aux divans des gens, à travers le monde. L’idée est d’offrir un divan, un lit ou une chambre (bref, ce que l’on a de disponible!) pour recevoir un ou plusieurs voyageurs chez soi, pendant une ou plusieurs nuits. Et idéalement, d’en profiter pour faire connaissance.

Au cours de mes belles années de voyageuse sac à dos, dans ma jeune vingtaine, quand Couchsurfing n’existait pas encore, je ne compte plus les gens généreux qui m’ont accueillie spontanément pour une ou plusieurs nuits, m’invitant à partager un repas. En m’accueillant ainsi, ils me permettaient de découvrir beaucoup plus sur leur pays et leur culture que n’importe quelle visite guidée.

J’avais le goût à mon tour d’accueillir, comme famille québécoise, d’autres voyageurs. Et je suis tombée sur cet article du blogue de Couchsurfing, faisant le portrait d’une famille incroyablement active dans cette communauté, qui a fini de me convaincre:

999 Surfers – The Goossens from Dendermonde, Belgium

Je les ai trouvé incroyables. Et je me suis dit: «Ben oui, c’est exactement ça! Recevoir des voyageurs, c’est déjà s’ouvrir sur le monde. C’est un bel apprentissage pour les enfants, qui entendent des langues de partout, qui découvrent, le temps d’un repas, d’un déjeuner ou de faire un dessin ensemble, des personnes qui viennent d’ailleurs.  C’est voyager un peu en restant chez soi.»

Et comme les Goossens, je pense aussi qu’être mis très jeune en contacta avec des gens divers est une solution pour contrer le racisme ou la xénophobie.

Par contre, je ne serais pas capable d’assumer une fréquence d’accueil aussi intense que la famille Goossens! Mais on a convenu qu’on pouvait accueillir une personne ou un groupe de personnes (maximum 4, pour pouvoir recevoir des familles) par mois.

Nos premiers couchsurfers sont donc venus le mois dernier. Un charmant couple d’Allemands, Nat et Mike, dans la trentaine. Après avoir travaillé 6 mois en Colombie-Britannique, ils traversaient le Canada en dormant dans leur camionnette. Nous avons partagé un repas avec eux, et le matin, ils déjeunaient à la maison. Les enfants leur parlaient en français, on traduisait en anglais, Félixe leur faisait des dessins… on jasait des choses à voir à Montréal, ils partaient explorer dans la journée. Ils sont restés trois nuits.

Ce mois-ci, c’est une jeune Mexicaine qui en sera à son tout premier voyage qui dormira à la maison. Elle dit aimer les enfants, et les lapins – puisqu’on en a un ! Je suis contente de pouvoir lui offrir un environnement sécuritaire pour cette première expérience loin de chez elle. Mon coeur de maman se sent heureux, je me dis que sa mère sera aussi probablement contente de ça…

Bref, je vous en reparlerai de temps en temps, si de belles histoires à conter naissent de ces rencontres avec d’autres voyageurs!

 



 

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *