Les voyages: formidables outils d’apprentissage

Montage de photos (Sources: Photo de Coba par Henrique Matos [GFDL (http://www.gnu.org/copyleft/fdl.html), CC-BY-SA-3.0 or CC BY 2.5, via Wikimedia Commons
Photo de la Cenote Ik Kil par Dmadeo, CC-BY-SA-3.0)
«Les voyages forment la jeunesse». Nous connaissons tous ce proverbe! Et si nous nous penchions un peu plus sur cette valeur réelle du voyage au niveau éducatif et sur ses bienfaits pour les enfants?

Déjà, durant l’année scolaire, un voyage à venir peut fournir une foule d’idées pour des projets, des travaux ou des exposés oraux! Nos deux enfants fréquentent une école alternative où l’enseignement est basé sur la pédagogie par projet. Alors des idées, il faut en avoir pour toute l’année! Puisque nous savons déjà que nous partons pour le Mexique cet hiver, les enfants ont choisi pour leur premier projet scolaire de se consacrer chacun à des aspects de ce pays qui les intéressent. Théo, qui est en 4e année, parlera de la selva (forêt tropicale) et de certains vestiges de civilisations anciennes qui s’y trouvent, tandis que Félixe, en maternelle, a décidé de se concentrer sur les cénotes les «piscines rondes naturelles dans la jungle», explique-t-elle, les yeux brillants juste à l’idée de pouvoir y nager!

Leurs sujets les intéressent d’autant plus qu’ils savent que leurs recherches auront des suites concrètes: éventuellement, nous pourrons visiter «pour de vrai» divers lieux dont ils auront parlé dans leurs travaux. Pour les parents, ça sauve quand même du temps de préparation de voyage… ou en tout cas, sans le sauver tout à fait, ça permet de le jumeler au temps consacré aux travaux scolaires à faire à la maison!

De plus, se familiariser à l’avance avec le pays qu’ils visiteront prochainement peut aider les enfants plus anxieux à envisager le voyage posément, en calmant les inquiétudes qui pourraient surgir à l’idée de quitter le domicile familial pour de l’inconnu…

Ensuite, pourquoi ne pas en profiter pour apprendre les rudiments d’une nouvelle langue? Nous avons commencé à faire avec les enfants des petits cours d’espagnol à la maison. En famille, nous y consacrons une heure par semaine. Nous voulons que cela reste léger et agréable, et donc nous le faisons de façon ludique, en participant tous. Pour nous donner un début de structure, nous avons trouvé plusieurs outils sur internet. Certains sites offrent une ou deux leçons de base gratuites – c’est un début! Babbel.com semble bien fait et offre des abonnements d’un ou plusieurs mois pour apprendre à son rythme grâce à des exercices en ligne, avec des références audio pour bien prononcer les mots. Le site offre des cours en 14 langues! Mais finalement, nous avons opté pour une méthode comportant à la fois des exercices en ligne et des supports à l’enseignement tels qu’un jeu de cartes et des cahiers imprimés: la méthode Petra Lingua. Ça nous permet de varier l’approche d’une leçon à l’autre, et comme ma fille ne sais pas encore lire et écrire, cela semble plus adapté pour son âge. Petra Lingua offre des cours en quelques langues: anglais, espagnol, allemand, russe et même chinois.

Non seulement les voyages nous permettent de nous ouvrir au monde et sa diversité- et ce, peu importe l’âge!- mais ils offrent une multitude d’opportunités pour mettre en pratique de manière concrète et amusante toutes sortes de notions apprises à l’école. Quelques exemples: pour les mathématiques, on peut comprendre la notion d’échelle en regardant des plans, calculer la distance à parcourir entre deux villes, convertir la monnaie pour mieux évaluer combien coûtent les choses… En français: tenir un journal de voyage (ou écrire un article de blogue, tiens!), lire des contes locaux traduits en français, ou encore les informations touristiques quand elles sont disponibles dans notre langue… Des notions de géographie, d’histoire, d’art… Pensez-y deux minutes! Pour la culture générale de votre enfant, voyager, c’est une mine d’or!

De plus, le fait d’apprendre dans des lieux inusités, à l’extérieur et suite à un exercice aussi léger qu’une marche de quelques minutes permet à plusieurs enfants de retenir davantage les informations. Dans certains pays comme la Finlande, on enseigne même aux enfants à l’extérieur, aux cours de randonnées en forêt. On en parle dans cet article de Radio-Canada. Nous l’avons pour notre part constaté, lors d’un voyage en Floride l’hiver dernier pour lequel nous avions apporté le travail d’école de la semaine de Théo, comme il manquait quelques jours d’école. Il éprouvait du plaisir à faire ses travaux au bord de la plage ou à l’extérieur. Chaque jour, nous prenions un moment pour travailler, après une activité et souvent juste avant ou après un repas. La vitesse à laquelle il passait à travers les exercices et son degré d’attention étaient plus soutenus qu’à l’habitude. De plus, il était motivé par le fait de savoir qu’une fois son travail accompli, il pourrait faire des activités agréables pour se récompenser… Nous disons donc un gros OUI aux travaux dehors, dans des lieux agréables !

Enfin, que dire de ces nouvelles ressources personnelles que nous découvrons tous dès que nous sommes sortis de notre environnement habituel? Au niveau humain, les avantages de voyager sont indéniables. Pour la famille, cela renforce les liens entre les parents et les enfants, entre les frères et les soeurs, qui se côtoient pendant de longues périodes. Les liens avec les grands-parents sont consolidés, quand ils sont aussi de la partie! Les petits voyageurs apprennent aussi la patience – c’est fou comme on attend en voyage, que ce soit pour l’avion et le transport ou en faisant la queue pour faire des activités!

Ils sont également plongés dans des réalités nouvelles, qui leur demandent de respecter les autres dans leurs différences. Ils prennent conscience de l’importance de la nature, de sa diversité, ils essaient de respecter les lieux qu’ils visitent, les endroits où ils habitent, ils veulent comprendre les coutumes. Ils doivent sans cesse se débrouiller, s’adapter, ce qui les rend plus autonomes et plus confiants.

Chaque fois que nous revenons de voyages, j’ai l’impression que les enfants ont «grandi». Avez-vous aussi ce feeling? Ils ont comme une maturité nouvelle et un éveil particulier à ce qui les entoure… Ils sont curieux, réfléchissent, posent des questions sur les différences qu’ils remarquent entre leur monde retrouvé et celui qu’ils viennent de connaitre…

Je trouve ça précieux, cette grande école qu’est le voyage.




Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *